Consommer autrement, le déclic 1
Nature & Vous

Consommer autrement, le déclic

Comment en sommes-nous parvenu à réfléchir notre consommation ? Dans ta vie, comment en arrives-tu à te rendre compte que ton mode de consommation n’est pas le bon ou qu’il peut être amélioré ?

Déjà deux questions, une de plus et tout explose!

L’entourage

Depuis que nous sommes petits, nous avons l’habitude de calquer nos comportements sur nos parents -à moins de rester adolescent et d’être dans la contradiction permanente, mais ça c’est une autre histoire.

En ce qui nous concerne nous venons de deux familles différentes (on n’est pas frère et sœur c’est une bonne nouvelle, n’est-ce-pas?).

Louise, elle vient d’une famille plutôt « bobo écolo » comme aime bien dire son entourage. Pour être un peu plus clair, ses parents font très attention à ce qu’ils consomment. Principalement dans leur assiettes, local, biologique, de saison et du jardin dès que possible.

Les parents de Julien, eux, ce n’est pas leur priorité et sont très peu informés sur le sujet. Ce qui ne réduit pas notre amour pour eux. Salut Nicole ! Au contraire, on aime leur apprendre et les guider sur une consommation plus responsable.

Au final, avec deux éducations complètement différentes, nous avons la même sensibilité et le même avis sur le sujet.
Est-ce-que l’un a entraîné l’autre ? Peut être.

« Je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée… « 

Réflexion personnelle

Oui parce-que bon les parents ça va un moment mais après on a le droit de se forger notre avis sans eux aussi (rebellion).

Comme je le disais juste au dessus nous sommes en adéquation sur le sujet, nous aimons notre belle planète. A travers nos voyages nous étions touché par la pollution, la surconsommation, la non-information (et intox!) etc dans des pays développés autant que ceux en développement.

Des paysages gâchés par des montagnes d’ordures, des gens qui achètent puis jettent sans avoir conscience de l’impact de leur geste… Tout ça nous parait aberrant car nous avons été éduqué avec la conscience de la pollution. Tout le monde n’a pas cette chance et il nous parait important de faire passer le message.

Toutes ces expériences ont fait que nous avons envie d’agir à notre échelle, sur notre mode de consommation et sur l’information.
On pense qu’il y a besoin de plus de messages positifs et informatifs que de messages culpabilisants. Il est important de se rendre compte que c’est une question d’éducation et d’information et non pas que du je-m’en-foutiste.

Les enseignes / points de ventes

C’est le nerf de la guerre : certaines enseignes ont commencé à se pencher sur le sujet, par obligation pour certaines et par valeurs pour d’autre. Une fois que tu t’intéresses un peu plus à ton mode de consommation, tu découvres plein de belles initiatives.

On pense a certaines enseignes comme la biocoop au niveau national, et au niveau local (31) Frais d’ici, Le drive tout nu etc.
Tu trouveras tous les distributeurs de produits locaux, en circuit court, sur Google. Sinon n’hésite pas à écrire à des associations dédiées, chercher des AMAP etc !

Stop tu as dis AMAP la, c’est quoi ce truc ? On va faire simple une AMAP c’est une association de producteurs de ta région qui se réunissent pour vendre leur produit en direct sans intermédiaire. Tout le monde est gagnant. Eux en vendant leur produit à juste prix et nous en ne payant pas la super marge du distributeur. Ça aussi c’est de la bonne idée, pas con les producteurs hein !

Cependant qu’on se le dise, quand tu gagnes un SMIC tu ne vas pas faire toutes tes courses chez eux au début car la note grimpe vite, c’est normal de payer la qualité. Avec le temps, tu réduiras ta conso et adaptera tes besoins, tu pourras acheter exclusivement en circuit court !

La communication

La sensibilisation vient surtout de la communication, à travers les réseaux sociaux sur lesquels nous passons des heures et tout les supports possibles (télévision, films, …).

Les séries aussi, comme « Our planet » te permettent de prendre conscience de l’impact que l’humain peut avoir sur la planète, au niveau du réchauffement climatique, de la pollution, du non-respect des espèces protégées etc.

L’éco-système est bien fait et n’a vraiment pas besoin de nous pour vivre : Il est important de nous remettre à notre place.

Voilà un peu comment nous en sommes arrivés là et notre vision des choses. cette vision sera évidemment amenée à évoluer et nous nous le souhaitons !

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *